one more cup of coffee

Le 02/02/2016 à 18h00 - Par promesse

Ca pourrait etre la suite de "agreable" ou quelque chose de different. Une soiree dans la vie de deux personnes.

Il referme la porte de leur appartement. leur appartement. Il ne s'y est toujours pas fait. Deux mois pourtant qu'ils vivent ensemble maintenant. Enfin il vit lá. Elle, elle, il ne sait pas. Legalement, son nom est sur le bail. Physiquement elle est avec lui. Mais a part une odeur de café et des effluves de cigarettes rien d'autre ne montrent que cet endroit est aussi a elle. 

Elle est recroquevillée aux pieds du canapé, enroulée dans une affreuse couverture en laine, une tasse de café brûlant sur la table, son cahier ouvert devant elle, son stylo tapant machinalement le rythme du titre de Bob Dylan en fond sonore. Elle regarde par la fenetre.

il jette un oeil au cahier. Page blanche. Il soupire. Il la connait par coeur. Les conversations étaient tellement rares et ses absences si fréquentes, il a eu le temps de l'étudier. Il sait que si elle est dans cette position c'est qu'elle a dû avoir une idée. Un mot qui l'aura inspirée et qui se sera enfui le temps qu'elle attrape son cahier. Alors elle cherche. Elle veut retrouver cette idée qui l'espace de cinq secondes a fait battre son coeur plus vite, l'idée qui sera la clé de sa prison personnelle. Cette prison qu'il appelle grandir et qu'elle nomme routine. Elle ne lui a pas dit, elleest trop gentille pour ça. Mais il voit.

ses yeux qui voyagent par la fenêtre par delà les terres qu'il connait, dans un monde oú malgré les années elle ne lui a toujours pas fait de place. Elle s'ennuie. Elle révait d'épopées, de monstres, de quêtes. Elle rêvait de passion, d'amour, de trahisons. De mains qui tremblent, de coeurs qui tambourinent dans la poitrine, de ventres qui se serrent. Il lui a offert une vie a deux, un appartement bien rangé et le métro-boulot-dodo qu'elle redoutait tant. Elle ne l'a même pas entendu rentrer.

et tout a coup, il sent la rage monter en lui. Destructrice, plus puissante qu'il ne l'a jamais ressentie. Ses silences qu'il chérissait au début juste parce qu'ils signifiaient qu'elle était lá, ses absences répétitives qui faisaient naitre sur son visage plus d'émotions qu'il ne lui en a jamais fait vivre. Tous ces petits détails qui faisaient son mystère et l'ont fait tomber amoureux. Il ne les supporte plus.

elle tourne la tête et sirsaite, comme surprise de le voir devant elle. Elle tente un sourire.

"Ne sois pas étonnée, je vis ici également tu te souviens?"

sourire qui se transforme en grimace. Il sait qu'il n'aurait pas dû attaquer. Qu'après des moments comme ça elle a toujours besoin de temps pour revenir. Mais ce soir il n'en peut vraiment plus. Et tout à coup, les mots sortent. Sans qu'il ne puisse les retenir.

"Tu te rappelles? C'est moi. Ton copain depuis quatre ans. L'homme avec qui tu vis! Tu as encore passé la journée devant la fenêtre? Qu'est ce que tu espères? Que Peter Pan vienne te chercher? Qu'un coup de vent te permette de t'envoler loin d'ici? La vie avec moi est si insupportable pour que tu passes des heures à tenter de la fuir pendant que je me tue a bosser et a essayer de te la rendre plus facile? Pourquoi tu restes si l'exterieur t'attire tant? Pourquoi tu es venue vivre avec moi, pourquoi même es tu restée si longtemps si tu t'en fous au point de ne même pas remarquer quand je rentre? Dis moi, dis moi pourquoi tu es encore là alors que tu crèves d'envie de t'enfuir depuis le premier jour oú je t'ai adressé la parole."

il se tait. A bout de souffle. Pendant sa tirade elle s'est levée, a ramassé le plaid qu'elle a posé máchinalement sur le canapé et lui fait face. Sans rien dire comme d'habitude. Comme s'il ne méritait même pas sa colère. Comme si elle refusait d'utiliser ses précieux mots pour lui. Elle le regarde, debout, sans ciller. Il avait presque oublié qu'elle était si petite. Puis sans crier gare, elle ramasse son sac fourre-tout qui semblait n'attendre que ça et quitte l'appartement. Il aurait voulu que la porte claque mais même ce plaisir elle ne lui fait pas. Elle se referme doucement. Comme après un léger courant d'air. Elle est partie.

Il se poste à la fenêtre, il veut la voir. Savoir si elle va partir á droite ou à gauche. Il pleut dehors. Et elle n'a pas de pull. Il la voit traverser la rue. Sans courir. Ses cheveux sont trempés. Puis elle s'arrête. Il espère qu'elle fasse demi tour, mais non. Elle écarte les bras et se met à tourner sur elle-même, offrant son visage à la pluie. Et de son observatoire il sait qu'elle sourit. Il s'arrache a sa contemplation. Bob Dylan chante toujours. Le café a refroidit. Son cahier est toujours ouvert sur la table. Il avance la main pour s'en saisir mais s'arrête à quelques centimètrew. Elle ne lui pardonnera jamais. Mais elle edt partie, souffle la petite voix dans sa tête. Il boit le café et grimace. Sans sucre. D'un seul coup, il jette la tasse qui explose par terre. Puis il attrape le cahier et s'assied sur le rejord de la fenêtre l'objet collé contre son torse.

Dehors la pluie continue de tomber. Elle a disparue. Et Bob Dylan chante toujours. One more cup of coffee for the road.


Commentaires

Maialen - 02/02/2016 à 19h45

Heureusement que j'avais déjà le cafard en commençant à te lire :)


Encore un très beau texte. C'est très visuel, rempli de détails, de sensations, de sons... On en a pour tous les sens. Les émotions sont très bien retransmises à travers tes mots.


J'adore ce texte. Tu es talentueuse mademoiselle !

Malou - 03/02/2016 à 10h40

J'aime beaucoup. 
C'est très très bien écrit. 
Un mini bémol sur sa tirade à lui que je trouve un chouia too much.. mais le reste, l'ambiance, les sentiments, l'athmosphère...


Tout est très très juste

Qui sommes-nous ?

Our Coffee, le compagnon de vos pauses créatives.
Un magazine pour l'actu culturelle et un espace de création pour les auteurs et artistes.
Installez-vous à l'une de nos tables avec une boisson chaude pour découvrir, apprécier et partager !

Utilisateurs attablé(s) :

    0 habitué(e)s
      0 invité(e)s

    Nous contacter

    Suivez-nous !

    Charte d'utilisation - ©2008-2017 OurCoffee.fr - Design : Atelier Pixie